LEXIQUE:

A:

A friction : couteau aussi appelé couteau « à deux clous ».Couteau composé d’un manche en bois ou en corne évidée, qui reçoivent une butée pour la lame, un axe vissé ou riveté. C’est la lame qui pivote directement sur le bois ou la corne. Ce type de couteau n’a bien souvent ni ressort ni platines.

Aiguisage (Synonymes : affilage; affûtage; émoulage; repassage) : action pour rendre le couteau tranchant. Celui-ci s’effectue avec un angle de 20 à 45°, sur une pierre à aiguiser à sec ou à eau ou à huile, au fusil de boucher, à la meule à eau, à la ponceuse abrasive, au papier abrasif de carrosserie etc, au niveau du fil de la lame.

B:

Back stand: ponceuse abrasive professionnel avec des bandes abrasives de 2.50 mètres à 4 mètres de long, avec des grains abrasifs allant du grain 40 au grain 800, le grain 40 servant à dégrossir tandis que le grain 800 sert à la finition de la pièce avant polissage.

Balancier: presse manuelle permettant le marquage de poinçon et pouvant servir à découper de la tôle ou à en plier.

Bélière: partie trouée, situé à l’arrière du ressort, afin de pouvoir passer une chaîne ou un lacet au couteau.

C:

Clés Allen ou à six pans creux: la clé Allen permet de serrer ou desserrer l’axe suivant le serrage désiré.

Clés à six pans creux ou Allen: la clé six pans creux permet de serrer ou desserrer l’axe suivant le serrage désiré.

Coutellerie artisanale: couteaux fabriqués à partir de pièces issu de l’industrie, finies et montées à l’atelier par l’artisan coutelier ou par une entreprise de sous-traitance spécialisé.

Coutellerie d’art: couteaux entièrement fabriqués main à l’atelier, à partir d’acier brut de coutellerie et matériaux brutes pour les manches jusqu’aux couteaux finis.

Côtes: partie en bois, corne ou tous autres matériaux composants le manche du couteau.

Cran carré ou cran plat : système de blocage de la lame en position ouverte par un plat réalisé sur le talon de celle-ci pour recevoir la partie plate du ressort. Ce type de système était très utilisé sur les « Pradel » de nos aïeux.

Cran forcé : système de blocage de la lame en position ouverte par un cran pratiqué sur le ressort et s’encastrant dans le talon de la lame.

D:

Damas : acier composé de carbone et nickel ou de deux aciers différents, forgés à 1400 degrés Celsius, pour souder les différentes couches, puis étiré sur l’enclume ou au marteau pilon, et replier à plusieurs reprise afin d’obtenir une lame avec de multicouches, qui seront révélés à l’acide une fois la lame terminée.

12C27: acier inoxydable comprenant 0,60% de carbone et 13,5% de Chrome. Cet acier ne s’oxyde pas et à un fort pouvoir de coupe.

Droit ou plate semelle: couteau réalisé dans un seul morceau d’acier pour réaliser la lame ainsi que la partie qui recevra les côtes.

E:

Emousser: fil de la lame qui est moins tranchant.

Emouture : opération réalisé avec une machine semi-automatique ou à commande numérique, à l’aide de porte-lame, que l’on appelle « une machine à émoudre ». Opération pouvant être manuelle, consistant à donner le tranchant à une lame. Celle-ci est réalisée sur une ponceuse à bande abrasive aussi appelée back stand, par pression avec les pouces sur la roue de « contact » à mains levées (sans aucun appui).

Emouture creuse ou concave: opération réalisé avec une machine semi-automatique ou à commande numérique, à l’aide de porte-lame, que l’on appelle « une machine à émoudre ». Opération pouvant être manuelle, consistant à donner le tranchant à une lame. Celle-ci est réalisée sur une ponceuse à bande abrasive aussi appelé back stand, par pression avec les pouces sur la roue de « contact » à mains levées (sans aucun appui).L’émouture sera creusée, ce qui permet un fort pouvoir de pénétration dans la matière, un très belle esthétique de la lame et facilite l’aiguisage.

Emouture plate: opération réalisé avec une machine semi-automatique ou à commande numérique, à l’aide de porte-lame, que l’on appelle « une machine à émoudre ». Opération pouvant être manuelle, consistant à donner le tranchant à une lame. Celle-ci est réalisée sur une ponceuse à bande abrasive aussi appelé back stand, par pression avec les pouces sur un support plat à mains levées (sans aucun appui). L’émouture sera sous forme de V.

Entablure : Ligne de démarcation sur la lame située entre l’émouture et le talon de la lame. Elle se forme naturellement lors de l’émouture. Zone séparant l’émouture du ricasso.

 F:

Fil (de la lame): .partie aiguisé se situant au niveau du tranchant.

Fourniture: terme utilisé pour désigner les pièces brutes, servant à la réalisation du couteau (lame, manche, etc…).

 Friction (couteau à friction): couteau composé d’une lame et d’un manche, la lame ouverte venant en butée sur le rivet acier et sur le bois, l’axe pouvant être soit riveté ou vissé.

Frotte: lamelles rondes de coton assemblées, les uns à côté des autres, sur laquelle en mets une pâte abrasive appelé crotte, qui permet d‘obtenir un polie brillant.

G:

Guillochage ou guilloché : opération manuelle consistant à donner un motif sur le dos de la lame, ressort ou platines à l’aide de limes.

L:

Liner-lock: système d’ouverture et de fermeture ne nécessitant l’utilisation que d’une main. Ce système fût inventé par un anglais au début 1900.

Loupe: protubérance ligneuse qui se développe sur le tronc ou les branches de certains arbres.

M:

Machine à émoudre: machine semi-automatique ou à commande numérique, qui se compose d’un porte-lame à droite et un à gauche, servant à réaliser les émoutures de chaque côtés de la lame. Une fois la lame déposée sur celui-ci, le porte-lame se décale vers l’avant pour aller vers la meule à eau de la machine. Une fois que le premier côté et réalisé, l’on dépose la lame suer l’autre porte-lame, qui effectue le deuxième côté.

Maillechort : métal composé de cuivre, nickel et zinc. Celui-ci permet de réaliser des platines, mitres, gardes en coutellerie. Suivant  sa composition il peut être blanc, jaune, rose et est du plus bel effet !

Manchons abrasifs: roues de différents diamètres, avec des abrasifs de différents grains, permettant de mettre en formes les manches ayant des formes complexes.

Mitres: partie métallique du manche qui peuvent être en maillechort ou en laiton.

O:

Oxydation: Réaction chimique, suite à une exposition prolongée à l’humidité.

 P:
Plate semelle ou droit: couteau réalisé dans un seul morceau d’acier pour réaliser la lame ainsi que la partie qui recevra les côtes.

Platines : partie symétrique du couteau fermant (pliant) donnant à celui-ci la  rigidité du manche. Celles-ci permettent l’assemblage du couteau fermant.

Pliant ou fermant: couteau constitué d’un système de cran permettant à celui-ci de se replier à l’intérieur de son manche.

Poli brillant ou miroir ou glace: type de finition réalisée avec du coton et de la pâte abrasive, donnant un aspect brillant à la lame ou au ressort ou à l’ensemble du couteau.

Poli mat ou polissage mat: type de finition réalisée à l’aide de nylon donnant un aspect mat à certaines pièces composants le couteau.

Polissage: consiste à l’aide de coton, nylon, feutre etc. ainsi qu’avec des pâtes abrasives spéciales à donner une finition plus ou moins brillantes.

Poncetage: Jeu réalisé à l’intérieur du ressort, ainsi que sur le ricasso de la lame, afin que le fil de la lame ne touche pas le fond ressort à la fermeture. L’amplitude du poncetage se mesure couteau fermé en appuyant sur la pointe de la lame, le jeu est alors apparent.

R:

Restauration: action pour réparer ou remettre à neuf un couteau.

 Revenu de détente: opération manuelle consistant après la trempe à assouplir légèrement l’acier afin que celui-ci ne soit pas cassant. Métallurgie traitement thermique après la trempe. 

Ricasso: partie de la lame non émouturée, comprise entre la poignée et le début de l’émouture. Sur certains couteaux, le ricasso peut être totalement absent. Dans d’autres cas, il peut être allongé vers le bas pour former un quillon de garde.

Ronce: partie du bois présentant des veinures irrégulières et des nœuds.

S:

S’émousser: fil de la lame qui perdre son caractère tranchant ou pointu.

Soie non traversante : Partie de la lame du couteau qui se prolonge dans le manche situé après le ricasso et qui ne ressort pas.

Soie traversante : Partie de la lame du couteau qui se prolonge dans le manche situé après le ricasso et qui ressort à l’autre extrémité du manche.

Stock rémoval: enlèvement de matière au back stand.

T:

Tranchant rapporté : acier carbone, rapporté à 1400 degrés Celsius, au niveau du tranchant de la lame afin d’avoir un pouvoir de coupe de très bonne qualité (s’effectue souvent sur des lames en damas forgées main).

Trempe : opération manuelle consistant à donner à l’acier une certaine dureté afin que la lame soit coupante et que le ressort fonctionne.

X:

XC75 : acier carbone comprenant 0,75% de carbone. Celui-ci s’oxyde : cet acier est facilement aiguisable et à un fort pouvoir de coupe. Les aciers au carbone se trempent à l’huile ou à l’eau, la trempe à l’eau est plus délicate et le risque de point de rupture de la pièce étant élevé, mes lames sont trempées à l’huile.

X15TN : acier inoxydable qui à l’avantage d’avoir une excellente coupe et une résistance à la corrosion très élevée. Cet acier résiste à l’eau de mer !

Z:

Z20C13 : acier inoxydable, idéal pour sa souplesse naturelle pour réaliser des ressorts. Ne convient pas pour réaliser des lames (pouvoir de coupe très faible).

Z40C13 : acier inoxydable permettant de réaliser des platines de couteau liner-lock ou certaines platines pour des couteaux pliants de grandes tailles. Cet acier peut servir à réaliser des lames pour l’art de la table.